Les prix de l’immobilier augmentent grâce au PTZ+ ?

Prenons un couple avec un enfant, des revenus au titre de l’année 2009 de 60 000 €, un apport de 25 000 €, et ayant un projet d’achat d’un appartement à Marseille d’une valeur de 300 000 €.

Le montant financé à l’aide d’un prêt est de 275 000 € hors frais de notaires.

Selon la nature du bien acquis et la consommation énergétique le montant que ce couple, primo-accédant, est susceptible d’obtenir de l’Etat au titre du PTZ+ varie de 7 900 € à 69 650 €.

Ces chiffres proviennent de la calculatrice PTZ+ mise en place sur le WEB par le gouvernement.

impact DPE et BBC sur PTZ

influence du DPE et label BBC sur le PTZ+

Nature du bien immobilierMontant du prêt
Neuflabel Bâtiment Basse ConsommationOUI69 650 €
NON43 780 €
AncienDiagnostic du Performance ÉnergétiqueA31 600 €
B31 600 €
C31 600 €
D31 600 €
E15 800 €
F15 800 €
G7 900 €
conséquences financières du résultat du Diagnostic de Performance Energétique dans l'ancien et du label Bâtiement Basse Consomnation dans le neuf sur le montant alloué au titre du Prêt à Taux Zéro +

Le résultat du diagnostic de performance énergétique et du label Bâtiment Basse Consommation sur le montant alloué au titre du Prêt à taux Zéro + est d’un rapport de 1 à 9.

Sur la base d’un taux à 3,80% sur 20 ans : le montant économisé pour nos primo-accédant est d’environ 27 000 € entre la solution la moins favorable, l’ancien avec un DPE G,  et  la solution la plus favorable, le neuf avec label BBC.

Cette différence est éminemment importante. Elle influencera bien évidemment notre ménage primo-accédant dans sa recherche du bien à acquérir et par là le bien acquis.

Par voie de conséquence, l’incitation financière du PTZ+ créera un appel d’air auprès des promoteurs immobiliers.

Les promoteurs immobiliers pourront acquérir du foncier plus aisément puisque l’avantage donné aux ménages leur offre une capacité d’achat supérieur de 27 000 €.

Ainsi, on peut imaginer que les promoteurs auront les coudées plus franches pour négocier l’achat des terrains.

Pour autant, ce mécanisme va nécessairement augmenter la valeur de vente affichée, et, partant, participer à l’inflation des prix de l’immobilier dans sa globalité.

En effet, la valeur de vente affichée dans le neuf par les promoteurs immobiliers impactera nécessairement la conscience des propriétaires vendeurs dans l’ancien qui auront tendance à augmenter la valeur d’affichage du prix de vente de leur bien.

Ainsi, cette mécanique participe à l’augmentation du prix de l’immobilier, du logement comme du terrain.

Pourquoi ne pas avoir utilisé le même schéma que lors de la mise en place de la loi de Solidarité et de Renouvellement Urbains en date du 13 décembre 2000, par une obligation que toutes les nouvelles constructions de plusieurs logements devront comporter un certain pourcentage de logements réservés aux primo-accédants ?

Cette démarche est sans effort financier pour la nation et ne participe pas à l’inflation des prix de l’immobilier.

Cette obligation est transparente pour le primo-accédant et bénéfique sur les prix de l’ancien.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Les prix de l’immobilier augmentent grâce au PTZ+ ?

  1. roger dit :

    Bonne démonstration, je pense aussi que les prix du neuf, dans les grandes villes et bien classé énergiquement vont augmenter. Mais de la à dire, que cela va entrainer une hausse dans l’ancien, j’en suis moins sur.
    Je crois qu’au contraire les biens dans l’ancien, avec des travaux, mal isolé vont devoir baissé leur prix pour trouver un acquéreur. Je ne parle même pas de la flambée des prix du pétrole qui va aussi faire réfléchir les acquéreurs en s’éloignant des centres urbains.
    Il ne fera pas bon d’être vendeur de son bien immobilier en 2011, à moins de faire des travaux d’améliorations.

  2. Ping : Roger sauve la planète , Archive » Comment le PTZ+ influence les prix de l’immobilier

  3. frederic LALAU dit :

    Merci Roger pour ce commentaire et suis d’accord avec la conclusion de votre article qui précise « au contraire, dans l’ancien, les biens avec des travaux, mal isolés et éloignés des centres urbains (…) vont devoir baisser leur prix pour trouver un acquéreur ».

    Nous arrivons alors à une analyse plus fine des implications du PTZ+ sur les prix de vente.

    Le PTZ+ crée une « fracture propriétaire » :

    Si les biens neufs seront plébiscités, les biens anciens avec un résultat DPE faible seront délaissés par les primo-accédant.

    Or, il s’agit régulièrement des biens les moins chers, donc ceux qui intéressent le plus les primo-accédant.

    Il est difficilement envisageable qu’un propriétaire d’un bien d’une faible valeur investissent de fortes sommes afin de faire remonter le résultat du DPE qui permettrait d’augmenter la somme allouée au titre du PTZ+.

    Tout d’abord, l’investissement est lourd.

    Ensuite, ces propriétaires ont souvent déjà un prêt en cours ce qui rend plus difficile la mise en œuvre des aides comme l’eco prêt à taux zéro.

    Enfin, encore faut-il que ces propriétaires aient conscience de l’impact de l’augmentation du résultat du DPE sur le financement de l’acquéreur.

    Ainsi, ces biens sont mis à l’écart de la mécanique alors que justement ces biens là nécessitent de bénéficier du plus d’aide.

    Le PTZ+ est un frein à l’accession à la propriété pour les ménages à faibles revenus :

    Leur prix de vente de ces biens baissera.

    Il seront vendu à des investisseurs qui y mettront des locataires.

    Une solution pourrait venir de l’allocation de la même somme de PTZ+ que pour un bien ancien à bon résultat de DPE sous condition de réalisation de travaux.

    • frederic LALAU dit :

      Au détour du Web, je viens de lire cet article qui date du 30 août 2011, je tiens à remercier son auteur, certes tardivement, qui indique : « Frédéric Lalau imaginait déjà des solutions en mars dernier dans son article sur acqsion.com ».